Les Héros de Dindavara

21A - Épilogues
Que sont-ils devenus?

Sokokariu, de concert avec Kazen, décident de rebâtir l’empire commercial de leur père. À cet effet, si Kazen semble plus à l’aise avec les aspects financiers de l’affaire, Sokokariu est celui qui s’aventure aux endroits les plus reculés du monde pour y trouver des trésors à revendre à grand prix. Partout où le métis passe, sa présence fait jaser. C’est donc une des rares personnes dont on peut entendre du bien ou du mal dans l’austère et sexiste Matriarchie de Maemek, dans les cités industrieuses d’Uldhom, dans les grandes plaines des Wuhra, mais surtout, dans les tavernes du Dindavara, de l’Empire et de dizaines d’autres endroits.

Le cas du sage Varrick est particulier. S’il est clairement un truil, il a néanmoins adopté certains principes du Peuple de l’Épée. Il agit alors comme intermédiaire entre les deux. Son but est évidemment de pointer les efforts belliquieux du Dindavara sur les Ulds ou sur l’Empire. Un jour, Varrick disparaît simplement dans la forêt. Certains disent qu’il est mort et q’il sert maintenant la déesse de la Lune. D’autres disent qu’il se manifeste parfois pour aider des croyants en difficulté. Chose certaine, l’influence de Varrick se fera sentir subtilement, mais longtemps.

Fort des documents retrouvés, l’aîné de la famille, Po, se met corps et âme dans la course pour devenir Shu Riyan. Si les blessures sont encore vives avec certains riyans, il s’assure de ne pas froisser ses anciens ennemis et les traite même comme des amis, les félicitant parfois pour certains coups faits pendant la Guerre des Danifa, comme sera appelé cet épisode de l’histoire de notre pays. À force d’effort, Po est désigné comme étant le chef du clan Danifa. Il met toute sa vie dans cette entreprise et remet la province dévastée sur pieds en quelques années. Si Po n’a jamais pris épouse, il dit ne jamais s’être senti seul. Son mariage est avec son peuple et son devoir.

Takiro, ancien mercenaire, décide simplement de quitter la vie politique et d’abandonner son poste de riyan. La vie complexe des manigances ne lui permet pas d’arriver à la tranquilité d’esprit et la concentration qu’il a toujours cherchées. Il devient forgeron d’âme et sa vie, simple mais saine, lui permet de vivre longtemps. Son fils Honor devient rapidement son apprenti et dépassera éventuellement son père. Takiro n’a en a cure.

Megumi et Xian sont mariés. Ce mariage permet de renforcer les liens entre les clans Danifa et Xingshao et suscite beaucoup de fierté parmi les roturiers des deux clans, qui en font presque un coupe “royal”. Megumi, n’étant pas du genre à couler une vie au foyer, devient ambassadrice auprès des autres clans Danifa et de la cour du Hai Riyan. Les deux enfants du couple sont destinés à occuper de grandes fonctions.

View
21 - L'héritage d'Akomo Haokang Danifa
Où tout devient clair.

Nos héros passent quelques jours à panser leurs blessures. Celles de Megumi et surtout de Po sont graves. Pendant ce temps, par contre, les vives s’épuisent. Il n’en reste assez de nourriture que pour une poignée de jours.

Une discussion s’engage donc sur la voie à suivre. Po et Sokokariu estiment que de rester retranché à l’intérieur de la Citadelle du Corbeau ne peut mener qu’à une mort lente. Ils proposent de se joindre aux troupes du clan Xingshao, plaidant qu’il vaut mieux que le côté victorieux compte des Danifa. Takiro est beaucoup moins certain : un déplacement hivernal comme celui-là mettra les roturiers en grand péril et les expose à des patrouilles autres.

La conversation est interrompue par des hurlements de chien qui proviennent de la forêt au pied de la Citadelle du corbeau. Bien qu’on ne puisse distinguer clairement leur origine, ces cris laissent penser que l’entourage du Shu Riyan se livre à une chasse à courre ou serait-ce une autre ruse pour attirer les défenseurs de la commanderie?

Quoiqu’il en soit, Sokokariu et Varrick se portent volontaires pour aller tirer la situation au clair. Leur pas souple leur permet de se mouvoir sur la neige sans bruit. Ils voient alors un curieux spectacle : un homme court, poursuivi par huit soldats du clan Danifa tenant en laisse une petite meute de chiens. Derrière, un vieil homme au regard froid et très calme marche rapidement et donne des ordres d’une voix froide aux militaires. Varrick le reconnaît comme étant celui qui lui a déjà lancé un sort de sommeil il y a plusieurs mois.

Sokokariu réussit à attirer le fuyard dans une cachette. Les chiens sont rapidement criblés de flèches Truil, tandis que douze loups conjurés par Varrick s’occupent des soldats, complètement dépassés par les événements. Le vieil homme est également maîtrisé, bien qu’il réussisse à utiliser sa sorcellerie sur Varrick au point que celui-ci, entraîné par son poids, tombe dans un trou de neige.

Le fuyard et le vieil homme capturé sont identifiés tous deux comme étant des Gardiens au Cœur de Pierre, soit des prêtres de Dindakuan. Le fuyard explique s’appeler Otayo. Il était le disciple de Uokani au Cœur de Granit (chose étrange, il ne semble pas se soucier du tout du rôle de nos amis dans la mort de sa guide). Otayo poursuit en expliquant qu’il a trouvé un document qui n’avait jamais été produit à l’enquête. Il l’exhibe aux fils et à la fille d’Akomo Haokang Danifa. Ceux-ci reconnaissent l’écriture de leur père.

Le document, qui ne contient que quelques lignes, laisse entendre qu’Akomo a toujours été certain de ne pas présenter de défense et qu’il savait que sa femme n’était pas morte. Il termine son épitre ainsi :

Heureusement pour le Shu Riyan, un vulgaire tanneur en saura toujours plus que lui.

Sokokariu comprend immédiatement la référence. La maison de son père, Paoku, s’appelait La Tannerie. Nos héros en déduisent que des documents relatifs à Akomo Haokang Danifa doivent se trouver là.

Ils profitent de la nuit et de la magie de Varrick pour rentrer dans Ektara et se rendre sans embarras à la Tannerie, ou plutôt ce qu’il en reste. Ils pénètrent dans la noirceur des souterrains se trouvant au sous-sol et sont assaillis par une femme qui pointe une arme sur eux, dans la noirceur.

La voix de cette femme, dont la haine et le ressentiment sont palpables, est celle de Lo-Mein, une marchande avec qui Varrick a déjà eu une relation. Lo-Mein menace Varrick et l’accuse d’être un violeur. Dans la lueur orangée de la torche tenue par Megumi, la marchande montre la cicatrice montrant la morsure laissée par le Truil.

Soudainement, l’arrivée de Kazen, amaigri et armé d’une planche de bois, apporte un dénouement temporaire plus heureux que le bain de sang prévisible. Les retrouvailles sont heureuses et il semble que Kazen démontre maintenant les qualités d’un leader : il a rassemblé quelques roturiers qui n’ont pu fuir la ville et a monté un camp dans les souterrains.

Dans ce camp, nul autre que Xian est présent, à la grande joie de Megumi (qui ne le montre pas trop cependant).

Finalement, le groupe, accompagné de Xian et de Kazen, s’aventure plus loin dans les souterrains. Un éboulement et une attaque de chauve-souris plus tard, tout ce beau monde arrive dans une large chambre comprenant des statues de corbeau, le symbole des Haokang, et, chose étrange, de petites gravures de pie. Un coffre trône à l’intérieur de la chambre. Kazen et Sokokariu, chacun muni de leur anneau sigillaire donné par Paoku, débarre le coffre et accède à son contenu.

Les documents sont nombreux mais prouvent clairement ce qui suit.

L’ancien Shu Riyan, Kenjii Danifa estimait que son fils, Aramoto Danifa, ne devrait jamais devenir Shu Riyan et qu’il était un danger pour la famille. Atteint d’une blessure grave lors du siège de la capitale Danifa par l’Empire, Kenjii avait demandé à Akomo Haokang Danifa, l’homme qu’il voulait comme successeur, de lui donner son serment à l’effet qu’il ferait tout son possible pour aider son fils.

Secoués par cette révélation, les héros quittent la Tannerie pour se retrouver encerclés par les mercenaires opetkans du Shu Riyan. Ceux-ci, à l’Ordre du Shu Riyan, lèvent leur arbalète et se préparent à cribler le groupe de carreaux. Une voix âgée se fait entendre à l’extérieur : le Hai Riyan, dans sa livrée violette, accompagné de ses troupes, encercle les mercenaires. D’un geste de la main, le chef du Dindavara fait abattre tous les mercenaires.

Après avoir récité les crimes commis par Aramoto Danifa, il bannit ce dernier de la contrée. Le Hai Riyan se retourne alors auprès des héros et leur transmet ses honneurs quant à leur conduite : ils ont tous montrés qu’ils étaient les fils et filles de Dindakuan. Ils sont les héros de Dindavara. Ne leur reste qu’à rebâtir le clan Danifa, ce qui est une autre autre histoire.

FIN

View
20 - Le corbeau chasse l'ombre
Où les héros montrent qu'ils n'ont pas perdu la guerre

Notant les lieux où se trouvait le riyan nécromancien Kayzen, nos héros forment un plan assez rapide. Ils ont deux objectifs: tuer le sorcier et reprendre le hai dinda de Tiaku, tenu par le cadavre animé de ce dernier.

  • Varrickmontera discrètement sur un toit et de son perchoir, tirera sur le nécromancien ;
  • Sokokariu approchera furtivement des morts-vivants postés dans le coin Sud-Est de la place et tentera de les occuper ;
  • Po, Takiro et Xian, dont les armures lourdes restreignent considérablement leur agileté, procéderont à une charge sur les morts-vivants, incluant le cadavre animé de Tiaku, qui gardent le secteur Nord-Ouest ;
  • Megumi courrera vers l’écurie la plus proche, y montera le cheval disponible et se taillera un chemin parmi les morts-vivants, le but étant de porter le coup fatal au riyan Kayzen.

Pour une rare fois dans cette histoire, le plan concocté procède comme prévu. Toutefois, certains, comme Varrick et Po, subissent des blessures importantes lors de l’assaut.

Toutefois, la situation se corse lorsqu’un imposant détachement de mercenaires vient, alerter par les derniers éclats de la bataille. Il est temps de prendre la fuite!

La chose est facile pour le Truil qui descend derrière le bâtiment sur lequel il était installé et prend la fuite dans un dédalle de venelles enneigées, obstruées par les ruines laissées par les tirs de catapulte d’il y a deux jours.

Megumi prend Takiro comme passager sur son cheval. Ce dernier, une bête en tous points inférieure à Saïto, permet néamoins à la belle dindavarienne et à son frère de quitter les lieux. En effet, les mercenaires empêtrés dans leurs armures de métal, sont rapidement à bout de souffle et ne peuvent poursuivre les fuyards.

Le métis Ob-Lob et Dindavar à l’humour gras n’est évidemment aucunement incommodé par des poursuivants. Il faut dire qu’il les avait entendu venir de loin et s’était bien caché avant leur arrivée.

L’exercice est néanmoins beaucoup plus difficile pour Po et Xian. Le membre plus âgé de la fratrie n’est pas un coureur rapide et si son intelligence tactique lui permet d’avoir le dessus temporairement sur ses assailants et d’éviter que ces derniers ne le rattrapent. Il doit néanmoins se rendre à l’évidence: il devra se battre contre eux. Acculé dans une ruelle, il réussit néanmoins à s’en défaire, au prix de quelques blessures. Ce n’est qu’avec l’aide de Sokokariu, qui improvise une ruse impliquant l’usage des armures des mercenaires et sa connaissance de la langue opetkane, qu’ils peuvent se rendre aux murailles et sortir.

Tous se rencontrent, sauf Xian qui manque à l’appel.

View
19- À la Citadelle du Corbeau
Un nouveau riyan mais de vieilles querelles

Après que les lourdes portes de la Citadelle du Corbeau soient refermées, tant les hommes d’armes que les hommes du commun commencent à réaliser l’ampleur des événements des derniers jours. Po remarque que Kazen, le demi-frère de Sokokariu, manque à l’appel.

Po, Takiro et Megumi se réunissent pour planifier la suite des choses. Takiro fait part à sa coeur de son amertume face à ce qu’il considère être une conduite irresponsable de sa part, soit d’avoir concentré beaucoup d’énergie sur Tetsu Danifa alors qu’il fallait sauver la population des morts-vivants.

Po, de son côté, tente de jouer les conciliateurs et demande à son frère et à sa soeur d’éviter toute médisance en public et de montrer une image d’unité, histoire d’inspirer la confiance parmi les roturiers. Le cas de Sokokariu est également discuté, Megumi éprouvant encore certaines méfiances envers ce métis ob-lob et dindavar.

Justement, Sokokariu épiait s’adonnait à passer près de là et grâce à son ouïe fort développée. Il indique qu’il acceptera d’aider la commanderie, mais fait clairewment comprendre aux trois nobles que ceux-ci ne peuvent croire avoir une autorité sur lui.

À l’intérieur de la cour, Xian Dara Xingshao et Varrick ont commencé à organiser les réfugiés et sont très vites rejoints par Megumi et Sokokariu. Po tente de remonter le moral aux troupes, mais celles-ci, si elles sont réceptives ne montrent guère d’entrain.

Lorsque Takiro, après avoir constaté que la Citadelle pourra nourrir les réfugiés pendant un maximum de deux semaines, sort dans la cour. Il est applaudi par les roturiers. L’un d’eux, un vieil homme, le prend même par le bras et lui dit qu’il lui rappelle son père, Akomo Haokang Danifa. Takiro balbutie une forme de remerciement, mais est pris de court par cette admiration.

Alors que le soir commence à tomber, Xian, après avoir eu une altercation très rapide avec Sokokariu, vient voir Po et lui indique que les roturiers sont excédés. Une menace de révolte plane sur la Citadelle.

Po, après avoir accusé le coup, réunit ses proches et annonce qu’il démissionne de son poste de geguo. Il suggère qu’un riyan soit nommé et que ce riyan soit Takiro. Les autres officiers (ou sous-officiers, plutôt) acceptent la proposition. Après une brève réflexion, le principal intéressé consent, mais refuse d’utiliser le titre de riyan.

Pendant la soirée, Megumi va discuter avec Takiro. Elle tente de lui remettre le hai dinda de Tetsu, mais son frère n’est guère réceptif, lui expliquant qu’elle devra trouver sa voie et que la haine qu’il avait en lui, de même que son désir de vengeance sont désormais chose du passé. Megumi discute avec Xian mais reste plutôt froide avec ce dernier.

Le lendemain, Takiro annonce la nouvelle au peuple réuni dans la cour, de même qu’aux soldats. Jusqu’à nouvel ordre, il dirigera la défense de la commanderie et, à cet effet, indique que tous, le peuple comme la noblesse, participeront à la défense et auront des armes en conséquence. Cette annonce, qui constitue un changement drastique par rapport aux lois et aux moeurs du Dindavara, choque quelques personnes, mais la majorité des gens comprennent que la situation désespérée commande des mesures radicales.

Finalement, à la suggestion de Po, qui malgré sa démission, prend un rôle très actif dans la commanderie, un poste est offert à Xian, mais celui-ci refuse.

En fin d’après-midi, Varrick commence à ressentir l’énergie magique provenant d’Ektara. Megumi fait de même quelques temps après. Nos cinq héros, accompagnés de Xian, décident de régler le cas du nécromancien. Ils s’introduisent alors dans la cité d’Ektara, grâce aux talents de grimpeur de Sokokariu. La furtivité de Varrick permet à ce dernier de se mouvoir dans la ville dévastée et de constater que 100 corps ont été réunis sur une place. Le riyan Kaizen gesticule et marmonne des paroles étranges autour d’eux. Assurant sa protection, on retrouve une dizaine de morts-vivants, de même que huit gardes dont le corps est animé. Parmis eux, il y a Tiaku.

View
18A - Interlude
Pendant et après l'évacuation d'Ektara

Takiro et Sokokariu finissent de placer une charrette et quelques débris trouvés ça et là pour retarder une éventuelle poursuite des assaillants.

La montée vers la Citadelle du Corbeau se fait dans un silence qui n’est qu’occasionnellement brisé par des pleurs d’enfants, de même que les sanglots des gens qui réalisent que leurs parents, leurs amis ou leur conjoint sont vraisemblablement sans vie ou condamner à périr d’une mort lente de faim, de froid, de soif ou d’une blessure qui s’infecte.

Une heure plus tôt

Tiaku, tenant la grande bannière bleue de la famille Haokang et dont un corbeau trônait en son centre, avait réuni ses troupes dans une ligne plutôt compacte. À celles-ci s’ajoutaient les troupes d’Amina, la riyan voisine, dont la bannière représentait l’éclair, symbole de puissance et de son jugement décisif.

Aucun discours ne fut prononcé. Cela aurait été inutile. Tous les soldats rassemblés savaient qu’il n’y avait aucune autre issue que la mort pour eux. La ville était à peu près cernée et une retraite n’aurait eu d’autres fins que de prolonger l’agonie.

L’Ours du Sud, armé de Fureur Implacable, son hai dinda, se lança à l’assaut des ennemis, suivi immédiatement par ce qui restait des troupes de la commanderie. L’attaque, par sa rapidité et sa fureur, déstabilisa le Shu Riyan et sema le chaos dans les rangs de son armée.

Aramoto Danifareprit cependant contrôle de lui et organisa sa défense. Il savait qu’il ne pourrait compter sur les mercenaires Opetkans qu’il avait engagés à fort prix. Ces brutes incultes et sanguinaires n’étaient pas assez disciplinées pour faire face à une véritable charge d’une armée de fils et de filles de Dindakuan. Le Shu Riyan ordonna à ses hommes de tenir bon, pendant que les morts-vivants sous le contrôle du riyan Kazen tentaient d’attaquer l’arrière des forces de la commanderie.

Jusqu’au dernier, les soldats de la Commanderie se battirent comme des lions. Toutefois, leur courage à lui seul ne pouvait leur faire éviter l’inévitable… et un à un, ils tombèrent, victimes des coups d’un Ennemi beaucoup plus nombreux, mais qui, lui aussi, avaient perdu un nombre important de soldats et de morts-vivants.

Amina Danifa s’éteint avec un sourire. Finalement, ce n’était pas la maladie qui l’emportait, mais un carreau d’arbalète dans le cœur. Jusqu’à la fin, Dindakuan pouvait être fier d’elle.

Maintenant

Rassemblés dans la Citadelle du Corbeau, les roturiers et les nobles reprennent leur souffle et prennent lentement conscience du drame qui s’est déroulé à Ektara. Leurs yeux expriment la gamme d’émotions qui les submergent, allant de la tristesse au soulagement de l’inquiétude à incompréhension, mais, surtout, de la colère.

View
18 - Guerre totale: nous sommes désormais seuls
Où il est question de sacrifice, d’ardeur et de destin, final ou inachevé

Takiro s’apprêtait à asséner un coup d’épée à Sokokariu, qui tente de le raisonner en lui expliquant les motifs de ses derniers actes. De son côté, Takiro essayait de convaincre le métis ob-lob de se constituer prisonnier guère, ce qui ne semblait une solution envisageable pour le principal intéressé.

Finalement, après quelques esquives et des prises de lutte, Takiro se retrouve suspendu dans les airs, tenu par la poigne du roturier. Les deux peuvent se parler et décident, temporairement, de revenir au quartier général des troupes de la commanderie pour tirer la situation au clair. Takiro profite d’une accalmie pour s’assurer que son fils, Honor est en sécurité.

Pendant que son frère plus âgé se bat avec Sokokariu, Megumi se prépare à l’arrivée massive de troupes par la porte Nord d’Ektara. Celle-ci est éventuellement vaincue par les coups de bélier et une horde de soldats s’élancent en hurlant dans le passage menant vers la ville. Plusieurs assaillants ne pénètrent jamais dans la ville, leur vie était fauchée au passage par des archers de la Commanderie ainsi que par des fantassins qui sortent leur arme par des meurtrières dissimulées ça et là dans le passage.

Les cavalières de Megumi, après une courte charge, laissent les adversaires entrer et procèdent ensuite à leur encerclement. Malgré des renforts ennemis, Megumi et ses soldates ne cèdent aucun terrain. Après la victoire contre une gueguo aguerrie (et qui avait d’ailleurs mis Takiro inconscient quelques jours avant), le Shu Riyan, manifestement excédé, ordonne que la porte fortifiée soit abattue d’un coup de catapulte, privant ainsi ses troupes plus lourdes d’un accès à la cité.

Profitant d’un petit répit, alors que la bataille semble penchée en faveur de la Commanderie, nos héros, sauf Varrick, mystérieusement introuvable, se rencontrent pour faire le point… un troubadour moins talentueux que moi aurait même pu parler de « faire le poing » vu la palpabilité de la tension, notamment entre, d’un côté, Megumi et Takiro, et de l’autre, Sokokariu. Po doit agir en médiateur et propose que Tiaku, lorsqu’il pourra, tranche la question.

Varrick, de ses yeux perçants, voit alors une masse de centaines de morts-vivants pénétrer par les différentes brèches dans la ville. L’arrivée d’un tel nombre de troupes créées par sorcellerie cause un vif émoi parmi les défenseurs. Par conséquent, le vent tourne et la commanderie se retrouve désorganisée.

Le Truil, après avoir épuisé son carquois sur l’ennemi, court avertir ses amis. Ceux-ci peuvent effectivement constater de leurs yeux les conséquences de l’arrivée de telles troupes. Des roturiers sortent en panique pour demander grâce aux assaillants mais sont alors abattus par des morts-vivants, des soldats ennemis ou même les soldats de la commanderie, visiblement débordés par cette soudaine invasion.

Tiaku, Amina, Fuwan Danifa et les autres geguo, à l’exception de Po, sont réunis et conviennent que la bataille est désormais perdue, mais qu’une simple retraite ne fera que prolonger l’agonie. Le plan arrêté est le suivant : Po, Takiro, Megumi et Varrick avec l’aide de cinquante soldats, assureront que les roturiers puissent sortir par la porte Sud, encore sous contrôle de la commanderie, pendant que le reste des troupes, réserves comprises, engageront l’ennemi dans une charge sans merci.

Tiaku remet aux descendants d’Aramoto, le dinda d’Irana Meirendont la lame est frappée d’une gravure d’un bœuf. La lame est remise à Megumi. Le riyan confirme également à Po que Sokokariu n’a rien à se reprocher et qu’il a bien agi, sans rentrer dans les détails. Sokokariu, qui écoutait aux portes, lâche un petit soupir de soulagement, de satisfaction ou simplement d’exaspération (ce n’est pas très clair).

Amina, de son côté, rappelle à Megumi la promesse que cette dernière lui a faite.

Takiro, suivi peu après de Xian, prend les cinquantes soldats pour former une ligne qui sert de tampon entre la zone d’évacuation et les morts-vivants.

Po, Sokokariu et Megumi vont avertir le plus de roturiers qu’ils doivent quitter Ektara.

Varrick se faufile dans les rues encombrées de cadavres et réussit à repérer le riyan Kaizen, qui commande la masse de morts-vivants. Le Truil prend position sur un toit et vise. Malheureusement, s’il atteint la cible, la flèche ne fait que percer légèrement la lourde armure du nécromancien. Quatre soldats morts-vivants se lancent aux trousses de Varrick. Ce dernier est toutefois beaucoup plus agile que ses poursuivants et réussit à les semer plutôt aisément.

Sokokariu, Po et Megumi retournent près de la porte. Grâce à l’intervention du fantôme de Xia Ven Xueidei ils peuvent constater que des assaillants courent le long des murailles et se dirigent vers la chambre de la tour qui comprend le mécanisme permettant de fermer la herse. Ces assaillants ne sont nuls autres que Tetsu Danifa, une archère et six soudards. Sokokariu, déployant un sens tactique peu commun, projette un des sbires hors de la tour, le condamnant à des fractures douloureuses. Les cinq compères de la victime préfèrent se retirer plutôt que de servir de prochain repas aux trépassés animés qui arriveront sous peu.

Tetsu Danifa engage Megumi en duel, cette dernière désirant se venger de la cicatrice qu’il lui avait infligée. La Brute prend rapidement l’avantage sur la Belle et réussit à lui mettre sa lame sous sa gorge. Po, préférant perdre son honneur que sa sœur, bloque la lame de Tetsu, alors que Megumi refuse de se rendre. De son côté, Sokokariu s’occupe de l’archère en la rendant inconsciente.

Finalement, l’intervention de Varrick, ou plutôt de sa flèche qui pénètre dans la gorge du soudard aux ordres du Shu Riyan, qui met fin au combat.

Il était grandement temps car Takiro était rendu à moins d’un mètre de la porte, après avoir perdu près de 40% de ses soldats.

Pardon? Que dites-vous, mes enfants? Vous voulez savoir comment Takiro, qui avait juré de se venger de Tetsu s’est senti après avoir appris la mort de ce dernier?

C’est une question à laquelle je reviendrais plus tard. En effet, Takiro était conscient de la présence de Tetsu, mais quelque chose lui a fait réalisé que son désir de vengeance devait passer après la protection des roturiers qui fuyaient Ektara pour aller à la Citadelle du corbeau.

Peut-être, effectivement, que le fait d’avoir un héritier l’a changé. Peut-être qu’il commence à réaliser qu’un chef doit souvent renoncer à ses désirs personnels et privilégier l’intérêt commun. J’y reviendrai plus tard.

View
17 - La descente aux Enfers commence
La guerre frappe Ektara

Tiaku sait qu’il va commettre un crime impardonnable. Toutefois, il ne peut se résoudre à faire autrement.

À l’insu de ses neveux et sa nièce, il va voir Sokokariu dans sa geôle et lui demande de s’échapper discrètement, de rejoindre les forces du nécromancien qui sert le Shu Riyan et de les mener vers un village dont la population sera vraisemblablement transformée en morts-vivants pour grossir les effectifs du Shu Riyan. Cet acte vil servira de prétexte pour convaincre le clan Xingshao de se mêler de la bataille et ainsi donner une chance de survie aux gens de la commanderie.

De fait, il n’est pas particulièrement difficile pour Sokokariu de s’échapper de la Citadelle du Corbeau. Takiro constate que la cellule qui abritait l’insolent roublard est vide, mais ne peut retrouver ce dernier, malgré l’aide de Varrick. Le Truil perd sa trace dans la campagne, mais estime qu’il est vraisemblable que Sokokariu ait rejoint le camp du Shu Riyan.

De son côté, Megumi, après une visite d’inspection et d’encouragement auprès de la cavalerie de la commanderie, commence à trouver la situation des plus pénibles. Elle cède à ses anciennes habitudes et décide d’aller boire dans une taverne où les gens se saoulent pour éviter de penser au destin funeste qui pourrait leur arriver. Seule l’intervention de Xian amène la belle cavalière à cesser de s’aviner.

À la Citadelle du Corbeau, une sévère discussion s’engage entre Po, Takiro et Megumi. Takiro émet des doutes sur les capacités de Po qui rétorque sur le fait que son frère manque de jugement et d’honneur. L’ancien mercenaire et nouveau père annonce qu’il entend se battre seul et laisser tomber son poste de guo. Comme on le verra, il ne le fera pas, suite à quelques mots de son oncle.

Pendant ce temps, Sokokariu rejoint le camp d’Aramoto Danifa et les deux négocie un accord. En échange d’une immunité et du droit pour Sokokariu pourra garder ses actifs et mener des activités commerciales ailleurs qu’au Dindavara, le métis Ob-Lob mènera les troupes du Clan vers un village dont la population pourra être massacrée et transformée en créatures morts-vivantes. Pour passer un peu de temps, Sokokariu s’amuse avec les mercenaires Opetkans, manifestement heureux de rencontrer quelqu’un qui parle leur langue.

Dès la nuit, et toujours à l’insu des autres, Tiaku et Varrick se rendent au village qui sera visé par l’attaque. Tiaku explique aux villageois son plan et avoue candidement qu’il s’agit de la seule chance de survie de la commanderie. Les roturiers déterreront les morts et les placeront dans les maisons. Le gros de la population pourra se sauver, tandis que certains se sacrifieront en restant. Faisant preuve d’un rare courage, la majorité des aînés ainsi que des veufs acceptent, la gorge serrée.

Le matin, Sokokariu et une escorte rejoignent les forces du nécromancien. Bien qu’il tente d’aider les villageois (ne connaissant rien de la manœuvre de Tiaku), ceux-ci semblent bornés (avec raison). Varrick, voulant « récupérer » le géant rieur, tente de le mettre K.O. avec des flêches sans pointe lancées à la tête. Malheureusement pour le Truil, Sokokariu n’est pas au fait du plan et crie « Varrick! » avant de tomber inconscient. Son corps est récupéré par les troupes du Clan Danifa et rapporté au camp. Le shaman Truil, impuissant, assiste au rituel magique qui donne aux morts une parodie de vie.

De leur côté, Po, Takiro et Megumi sont témoins d’une altercation entre le fils d’un marchand, capturé pour tentative de s’enfuir et de rejoindre le camp de l’ennemi. La foule s’en mêle, au moment où le fils de ce marchand s’attaque à un garde. Des archers commencent alors à tirer sur Po. Ce dernier tente de prendre le contrôle de la foule, pendant que Takiro bloque certaines flêches. Varrick, toujours aussi tireur d’élite, réussit à blesser un des assaillants, en tuer un autre, pendant que le troisième réussit à s’échapper. L’assassin capturé, face à des menaces de Varrick qu’il serait choquant de répéter sur Internet, explique son rôle et est “enrôlé” de force parmi les défenseurs, malgré son bras cassé, légèrement remis en état par le Truil.

Les forces du Shu Riyan entourent Ektara. Les catapultes sont mises en action. Les têtes des soldats et des villageois capturés lors de la bataille précédente sont lancés par-dessus les murs pour nuire au morale des habitants. Comble de malchance, la tête de Pearl tombe près des pieds de Takiro, celui-ci avale sa salive et respire un grand coup…

Après un autre discours du Shu Riyan, interrompu par une flèche de Varrik au bras, les cors et les trompettes sonnent, alors que des tirs de catapulte frappent Ektara. Des échelles sont lancées. Takiro réussit carrément à repousser une échelle précipitant une bonne dizaine d’hommes vers leur mort. Ses soldats se chargent rapidement d’éliminer les quelques-uns qui ont réussi à monter. Varrick est moins chanceux, il perd plus du 2/3 de ses guerriers Truils contre la défense et doit retraiter.

Po constate que la rivière gelée constitue une porte d’entrée idéale dans la ville et se déplace à cet endroit pour bloquer le chemin vers le reste de la ville. Chemin faisant, il constate que certains marchands ont sombré dans la débauche. L’attention de Po est toutefois attiré par des cris dans une maison. L’aîné Haokang y pénètre avec sa garde rapprochée et constate que Tetsu Danifa, une archère et quelques sbires sont occupé à terroriser et massacrer les habitants. Le combat s’engage. Les sbires de Tetsu, peu coordonnés, sont mis hors combat, mais après avoir reçu les flêches de l’archère et avoir vu une de ses lames briser par Tetsu, Po décide de retraiter, après avoir mis le feu à la maison. Malheureusement, vu le manque de temps, il est certain que Tetsu aura pu quitter les lieux.

La porte principale de la ville d’Ektara est enfoncée, les cavalières de la commanderie, Megumi à leur tête, se préparent à charger sur les assaillants qui chargent en criant des cris de guerre…

Pendant ce temps, Sokokariu a échappé à la surveillance de ses gardiens dans le camp du Shu Riyan et a gravi les murs d’Ektara. Sur le chemin de ronde, Takiro est face à lui, se préparant à lui infliger une blessure mortelle…

View
16 - Funeste bataille glaciale
Une défaite lourde en conséquences

Takiro Haokang DanifaEn attendant le retour de Megumi et de Varrick, les deux frères Haokang et Sokokariu ne restent pas impassibles. Si Po se préoccupe davantage de la bataille militaire à venir et fait en sorte que le morale des troupes soit excellent, Sokokariu fait aller le réseau de vigies, d’espions et de vieilles commères de la ville d’Ektara. Le roublard devenu presque respectable incite les gens à signaler les nouveaux venus dans la commanderie par les mots suivants:

Allez! Deux marks d’or à tous ceux qui nous signalent un espion… et peut-être même un baiser de la belle Megumi!

Cette petite blague allège quelque peu l’atmosphère lourde comme une chape de plomb qui s’est abattue sur la commanderie depuis la visite du Shu Riyan Danifa. Juste pour ça, plusieurs lui sont reconnaissants.

Le lendemain, deux nouvelles arrivent aux oreilles des dirigeants de la commanderie. En premier lieu, les forces d’Amina Danifa ont passé la frontière ainsi que le pont surplombant la rivière Kwai, désormais gelée. Toutefois, à peine quelques heures plus tard, les forces loyalistes ont également franchi les frontières et occupent provisoirement le village de Kan Se, sur la rive occidentale de la rivière.

Les forces de la commanderie se mettent alors en route et commencent à consolider leur position sur la rive orientale du pont. Po va voir Amina Danifa et constate à quelle point celle-ci est mal en point, visiblement très malade.

Finalement, le Shu Riyan, vêtu d’une imposante armure et chevauchant un destrier noir exige que Po se montre. Ce dernier lui fait part par la voix de Takiro qu’il refuse à rencontrer un tel scélérat. La réponse du Shu Riyan est claire:

Je suis fort étonné de constater que ce soit vous et non votre oncle qui commande ces forces. J’ose espérer pour vous que ce lourd fardeau provient de la confiance absolue qu’il place en votre personne et non dans sa peur de venir affronter des forces supérieures.

Néanmoins, veuillez indiquer à vos hommes, que, s’ils se rendant dans l’instant même, leur reddition sera acceptée conformément aux règles en vigueur dans de telles situations. J’estimerai alors qu’ils sont davantage des victimes de leurs dirigeants mal avisés que des traîtres à leur clan et la sanction sera conséquente. Toutefois, advenant qu’ils persistent à suivre votre fourbe cause, je les considérerai comme moins que des chiens de ruelle et les exterminerai jusqu’au dernier. Tout homme capturé se verra couper les deux jambes et abandonner sur place, ce qui procurera une lente agonie à moins que les charognards ne fassent le travail à l’envers. Les roturiers se verront traités comme des complices et subiront le même sort.

Il s’agit d’une ultime chance pour vous tous.

Takiro défit également Tetsu Danifa. Si ce dernier répond par la voix, les deux adversaires ne se verront pas du combat.

Les troupes du Shu Riyan commencent leur avance. Takiro se place avec les fantassins qui gardent l’accès au pont et a le travail non-enviable d’arrêter une charge de cavalerie épaulée par des mercenaires qui semblent provenir de l’autre continent. Takiro, visiblement identifié comme cible. Takiro se bat héroiquement, mais un coup porté à sa tête lui fait perdre connaissance.

À son insu, c’est son ancienne flamme qui viendra le sauver. Pearl, armée de son bâton, empêche l’ennemi d’avancer et permet ordonne aux soldats de la commanderie d’apporter son corps.

Malheureusement, le plan militaire de Po se révèle inférieur à celui du Shu Riyan. Ce dernier envoie ses forces faire une attaque sur le flanc droit des troupes de la commanderie, ce que n’avait pas prévu Po.

D’ailleurs, Po ne peut consacrer toute son attention à la gouverne de ses troupes. Un petit contingent de mercenaires de même qu’un assassin de l’autre continent, parviennent à cerner son camp et tentent de mettre fin à ces jours. Fort heureusement, ces assaillants sont mis en déroute.

Néanmoins, l’ordre de retraite est sonné. Le Shu Riyan est vainqueur ayant annihilé plus du quart des forces de la commanderie et ayant maintenant sous son contrôle ferme la région à l’ouest de la rivière Kwai.

Pendant ce temps, Sokokariu n’est pas inactif. Il est informé qu’un commando adverse provenant de la Commanderie de la Sentinelle Éternelle s’est introduit dans la commanderie dans le but de transformer des villageois en morts-vivants! Fort heureusement, les forces de la commanderie empêche les sinistres conspirateurs de mettre leur plan à épreuve. La crédibilité du Clan Danifa est atteinte par cette démonstration d’intention.

À leur retour, Megumi et Varrick, accompagnés de Xian Dara Xingshao assistent à un bien triste spectacle. Les têtes des soldats de la commanderie morts sur le champ de bataille sont placées par les mercenaires dans une forme de pyramide à la fois sinistre et odieuse.

Xian informe les autres qu’il a une dette envers le Prince des Orphelins et que, en conséquence, il considère son devoir de les aider.

Sokokariu, n’hésitant jamais à provoquer la noblesse, nargue quelque peu Po et Takiro sur ses échecs. Après une discussion en apparte avec Varrick, le métis Ob-Lob exhibe à ses amis la dague qu’il a trouvé dans les catacombes sous la maison de Paoku.

Une fois la véritable nature de l’objet révélé, une discussion s’engage quant à l’opportunité d’utiliser un tel objet pour discréditer le Shu Riyan. Il serait possible de laisser entendre que l’objet provient de lui. Outre les considérations pratiques d’un tel plan, la discussion porte principalement sur l’honneur associé à une telle machination. Po quitte la salle et va informer le Riyan de cette décision. Le riyan, tourné vers la fenêtre, semble absorbé par quelque chose. Po comprend rapidement que sa mère, Irana Meiren, est morte au combat et que son corps repose dans une pièce de la Citadelle du Corbeau.

L’utilisation de magie relative au sang étant formellemment interdite dans tous les pays civilisés, Tiaku exige que l’objet soit détruit. Suite à une remarque navrante de Sokokariu, ce dernier est emprisonné par ordre du riyan.

La décision choque les héros. Sokokariu n’a jamais utilisé l’objet et ne vient-il pas d’accomplir de grands exploits pour la commanderie? Malgré leurs représentations, Tiaku reste inflexible quant à sa décision.

Tiaku en profite pour informer le reste du groupe du décès d’Irana. La nouvelle est accueillie comme un choc redoutable pour Takiro, également informé du sacrifice de Pearl.

À l’insu des autres, Tiaku se présente pendant la nuit à la geôle de Sokokariu épée en main…

View
15- Le ciel se couvre
Le marteau tombe

Nos héros, sérieusement blessés suite à l’effondrement du repaire des nécromanciens, passèrent une semaine à se reposer. Tandis que Sokokariu et Varrick discutaient virilement du sort de la dague ancienne que le métis ob-lob avait trouvé dans les souterrains sous la Tannerie, Po s’assura que les nouvelles recrues de sa garde personnelle soient aussi motivées que possible. Megumi discuta avec son oncle , des développements prévisibles suite à la décision du riyan de se brouiller avec Aramoto Danida, le Shu Riyan du clan.

Le Shi Riyan Danifa fut annoncé et celui-ci arriva pour rencontrer Tiaku ainsi que nos héros. Visiblement courroucé de la décision du riyan et de sa famille, il les menaça ainsi:

Tiaku, j’étais initialement étonné d’apprendre que les enfants d’Akomo Haokang Danifa fouler librement le sol de votre Commanderie. Toutefois, mes yeux me confirment ce soir ce que je n’osais croire qu’être des ragots mal intentionnés à votre égard. Vous me voyez surpris… mais surtout déçu. Fortement déçu de vous. Lorsque je vous ai nommé riyan de cette commanderie. Je m’attendais à ce que vous y mettiez de l’ordre et non pas que vous pactisiez avec des criminels à l’honneur défaillant.

Tiaku, vous êtes l’Ours du Sud et vous êtes maintes fois illustrés contre nos lâches mais fourbes voisins de cette maison close que l’on appelle Empire. J’ai énormément de difficulté à comprendre vos derniers choix. Je vais donc vous laisser une ultime chance de sauvegarder le peu d’honneur qu’il vous reste. Po sera arrêté pour trahison de l’autorité et son âme sera forgée dans une arme destinée à servir notre pays. Ce qu’il a refusé de faire de son vivant, il le fera de sa mort. Quant à vous, vous serez exilé à jamais du clan Danifa. Je nommerai un nouveau riyan pour prendre la relève dans la Commanderie des 1 000 Batailles.

Dans le cas où ces conditions ne seraient pas respectées intégralement, le Clan Danifa en son entier conclura que l’ensemble des officiers de cette commanderie se sont rendus coupables de crime de guerre et, à titre de chef du clan, je prendrai les mesures nécessaires pour rétablir l’ordre dans cette partie de nos terres – de gré ou de force.

J’attends votre réponse.

La réponse ne se fit pas attendre. Po lui indiqua qu’il considérait que c’était plutôt lui qui avait agi sans honneur et sans respect pour les us et traditions de leur peuple. Tiaku confirma que, s’il se considérait toujours un Danifa, refusait désormais de voir Aramoto Danifa comme le Shu Riyan et qu’il n’hésiterait pas à défendre la Commanderie contre toute attaque.

Aramoto Danifa leur mentionna également que Xian Dara Xingshao avait été démis de ses fonctions.

Aramoto Danifa leur indiqua alors que la guerre qu’il mènerait contre la Commanderie serait loin d’être propre et qu’il n’hésiterait pas à user de moyens terribles pour la gagner.

Une fois le Shu riyan parti, le groupe discuta des moyens à prendre. Il fut décidé que, en premier lieu, Megumi irait solliciter l’aide d’Amina Danifa, la riyan d’une commanderie voisine, avec qui de bonnes relations étaient établies. Amina, visiblement très malade, accepta de fournir une aide militaire, moyennant trois concessions: premièrement, que son territoire soit agrandi suite à une hypothétique victoire, deuxièmement que le prochain Shu Riyan respecte le testament politique secret qu’elle avait établie et troisièmement, que Megumi lui fasse le serment qu’elle se marierait. Sur ce point, fort curieux, Amina se contenta de dire qu’elle ne voulait pas que la belle dindavarienne commette les mêmes erreurs qu’elle.

Megumi rentra à la Commanderie pour repartir avec Varrick aussitôt solliciter l’aide du Shu Riyan Xingshao. Ils firent un détour vers la maison de Xian Dara Xingshao, manifestement pas des plus riches, et réussirent à rencontrer ce dernier qui était visiblement très affecté de sa démotion. Il leur expliqua le rôle de l’ambassadeur du Clan Danifa dans ce congédiement et leur confia que ce dernier avait menacé de révéler un secret embarrassant sur lui. Xian, soumis aux questions de Megumi et de Varrick, avoua qu’autrefois, il avait participé au massacre du village du Prince des Orphelins, suite à une histoire d’amour entre une lavandière et un de ses amis. À l’époque, Tetsu Danifa était son ami et visiblement différent puisqu’il avait été le plus difficile à convaincre de se joindre au massacre.

Ensemble, Megumi et Varrick purent le convaincre de se joindre à leur cause. Ils réussirent à obtenir une audience privée auprès du Shu Riyan Xingshao et ce dernier leur indiqua que son clan n’entendait pas se mêler des affaires internes du clan Danifa. Toutefois, si l’affaire constituait une menace au Dindavara en son entier, le clan Xingshao interviendrait. Forts de cet appui sibyllin, Megumi et Varrick, accompagnés de Xian, commencèrent le long chemin vers le retour.

Pendant ce temps, et alors qu’aucune nouvelle n’était encore arrivée de Megumi et Varrick, une estafette entra à toute vitesse dans la Citadelle du corbeau pour annoncer que les forces du riyan avaient mis pied dans la commanderie.

View
14 - Le piège
Trahisons, retrouvailles et découvertes

Alors que nos héros s’affairaient à mettre en œuvre leur plan pour infiltrer le repaire des nécromanciens et les attaquer préemptivement, le riyan Tiaku les informe que le riyan Kaozen, qui dirigeait la commanderie de la Sentinelle éternelle, , entendait faire une attaque contre les sorciers et invitait ses voisins à assister comme observateurs.

Les héros, accompagnés du groupuscule de Varrick, se rendirent et purent rencontrer Boyu Danifa, le guego en charge de l’attaque de la centaine de soldats dépêchés à cet effet. Celui-ci expliqua le plan, qui consistait à lancer une force massive à l’intérieur de la caverne principale, pendant qu’un autre groupe, dont le geguo ignorait la composition, s’aventurerait dans les ruines pour bloquer la sortie. L’attaque aurait lieu le lendemain.

Alors que Megumi, Po et Takiro discutaient tranquillement avec Boyu Danifa, Sokokariu en profita pour tenter de séduire une jeune cuisinière, mais ses blagues particulièrement salaces n’eurent d’autre effet que d’effrayer la jeune femme.

Vu le malaise suscité par l’anonymat du deuxième groupe, les héros demandèrent à Varrick d’aller observer ce deuxième groupe dès le moment où les troupes se mirent en marche vers leur objectif.

L’assaut fut donné, tout de suite après que les ingénieurs protégés par des pavois purent faire éclater le fer rouillé du bas de la herse et ensuite la bloquer dans sa position plus élevée. Une charge de cavalerie, à laquelle participait Megumi, fonça dans la masse de morts-vivants, piétinant et tailladant ce qui se trouvait autour d’eux. L’infanterie suivit à son tour. Po et Takiro, côte à côte, puis dos à dos, firent face aux cadavres animés. Sokokariu préféra rester à l’arrière.

Varrick revint et mentionna à ses amis que le groupe d’en haut était composé d’une vingtaine de dindavars, dont plusieurs roturiers, ainsi que d’un sorcier à la peau dorée venant de l’autre continent, Milonda.

Dans la grotte principale, un nécromancien conjura une créature d’ombres, gigantesque, qui fit paniquer les soldats autour, en plus d’en massacrer une demi-douzaine.
Des mercenaires aidaient les nécromanciens et leurs cadavres animés à repousser l’attaque. L’un des escaliers était défendu par une jeune femme au physique impressionnant et doté d’une chevelure teinte en rouge, qui poussait des cris de bataille en donnant des coups de son long bâton. Takiro la reconnu immédiatement. Il s’agissait de Pearl, une ancienne flamme du temps qu’il était mercenaire.
Il s’avança vers elle et lui donna un coup d’épée vicieux au bras qui aurait empêché toute personne de manier quelque arme que ce soit, mais Pearl était plus coriace.

Takiro et elle discutèrent pendant qu’ils se battaient, frappant mercenaires, morts-vivants et soldats dindavariens autour d’eux.

Sokokariu perçut un léger grondement qui allait en s’accentuant, puis de la pierraille tomba sur son épaule. Le roublard comprît immédiatement : le plafond de la grotte allait s’éffondrer! Il se mit à couvert, Pearl fit de même, mais les autres étaient trop lents ou trop concentrés sur le combat en cause. Des tonnes de roche s’abattirent sur les combattants, écrasant indifféremment Dindavariens, cadavres animés et mercenaires. Un épais nuage de poussière se leva et retomba ensuite, lentement. Varrick comprit que le sorcier était vraisembablement un Batteur de Tremblements de Terre.

Par chance, les héros avaient survécu, bien qu’ils fussent tous très blessés. Ils entendirent des pleurs de bambin provenant d’un couloir au deuxième étage de la «mezzanine » de la grotte. Sokokariu, Takiro et Megumi s’y rendirent et purent voir que Pearl tentait de consoler un enfant, son fils. Ce dernier, de l’œil de Sokokariu et de Megumi, avaient certains traits physiques en commun avec Takiro. Megumi réussit à convaincre Pearl de venir avec eux.

D’autres personnes avaient survécu : le geguo Boyu Danifa, malgré sa jambe écrasée, cinq soldats, ainsi qu’un nécromancien nommé Ainsley. Ce dernier, s’il refusait de se rendre, indiqua aux autres survivants qu’un passage souterrain existait.

Tous l’empruntèrent. Heureusement, même s’il s’agissait d’un dédale aux voies incertaines, l’issue fut trouvée.

Boyu Danifa indiqua qu’il retournerait chez lui, tandis que les héros, ainsi que Pearl et Ainsley, se mirent en route vers la Commanderie des 1000 Batailles.

Ainsley expliqua que le riyan Kaozen était en réalité un nécromancien et même son élève. C’était à l’initiative de ce riyan que Ainsley et sa bande étaient venus s’installer au Dindavara. Bien qu’Ainsley fut vague sur les détails, il accepta de fournir d’autres informations moyennant un sauf-conduit pour l’Empire.

Sokokariu montra à Varrick la dague ancienne qu’il avait trouvé dans la tombe. Varrick comprit les fins auxquelles servait l’objet et en fut inquiet. Sokokariu ne réalisait manifestement pas le danger que recelait ce coutelas rouillé !

Takiro alla s’expliquer avec Pearl et put voir son fils pour la première fois. Il s’appelait Honor.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.